Billet de blog

Entrepreneur tu avances ou tu crèves : Finances

On dit que l'argent ne fait pas le bonheur ... et pourtant ... le manque d'argent tue le bonheur.

Voyons le cas uniquement de l'entrepreneur

- Tout entrepreneur a besoin de fonds
- A des dépenses fixes
- Aspire à investir ou à créer
- Participe à des rencontres professionnelles
- S'affilie à des organismes ou groupement d'autres entrepreneurs pour le réseautage
- ...
 
 

Quand il n'a pas d'argent, toutes ces visions tombent à l'eau.

Pourquoi un entrepreneur manque de fonds ?

Dans notre monde connecté, mieux nous apparaissons, mieux nous sommes mais si au fond chacun rumine ses problèmes qu'il se garde souvent de diffuser pour garder cette image de marque du paraître.
Mais quand on discute avec les gens, on se rend compte que beaucoup d'entrepreneurs n'arrivent pas à joindre les deux bouts et qu'il y a pas mal de cession d'activités.
On parle parfois de l'échec, mais j'ai souvent l'impression que ceux qui en parle le plus, qui le prêche ne sont pas ceux qui l'ont réellement connu.
Plusieurs raisons peuvent expliquer cette situation de manque de fonds :
 

Raisons connues ou ordinaires

- Mauvaise gestion dont on parle souvent
- Confusion du bénéfice et du chiffre d'affaires
- Affaires qui ne marchent pas comme prévu, temps de crise, mauvaise estimation, secteur défaillant, ...
- Mauvais payeurs et autres créances non encaissées
- Le décalage entre nos Administrations et les entrepreneurs
- ...
 

Raisons difficilement prévisibles ou dépendantes

Durant mon expérience d'entrepreneur, j'ai pu vivre des cas que j'aimerais vous exposer. Je parle des raisons dépendantes car l'entrepreneur que je suis n'avais pas la main mise sur les décisions inhérentes à ces fonds.
 

- Les aides publiques, à consommer avec modération

Pendant mon activité, je salue les aides dont  j'ai pu bénéficier : Le prêt lancement, le prêt Starteo, l'aide à l'investissement de la Région Wallonne
Dans ma langue maternelle on dit "Imana ifasha uwifashije" = Dieu n'aide que celui qui s'aide avant tout = Aide toi et le ciel t'aidera
Et "uwariye niwe urya" = Celui qui a mangé mangera encore = Celui qui possède ... continue à recevoir d'autres richesses.
Tout cela pour dire que ces fonds publics sont parfois des sources de combat que ne gagne que celui qui sait manier l'épée.
J'ai déjà dit que si je n'avais pas des compétences en informatique et technologies pour fournir en un clic tout ce que j'ai pu gérer comme dossiers et paperasse, je serais morte (entreprise)  il y a déjà bien longtemps.
 
Les fonds du Fonds de Participation :
On n'a pas accès facilement aux fonds du Fonds de participation sauf si une institution agréée ou une banque vous fait confiance pour introduire votre dossier.
La démarche est lourde, il faut savoir bien calculer et surtout avoir au moins 10% de la somme demandée pour apport personnel.
Des fois il faut se garder de demander la totalité des fonds proposés mais un peu moins pour donner plus de chances d'acceptabilité de votre dossier. C'est plus tard qu'on comprend ce mécanisme.
Mais je salue cette institution qui quand les fonds sont obtenus, la gestion reste souple, vraiment orientée vers l'entrepreneur pour lui permettre d'asseoir son activité.
Ah mince c'est en prenant cette image ci-dessous sur le site que je viens de m'apercevoir de la liquidation de cette institution!
Encore une fois je suis chaque fois passée entre les mailles du filet pour avoir des privilèges.
Il faut donc que je prenne contact pour connaître la situation de mon cas.
Mais cliquez sur cette image donc si vous souhaitez en savoir plus des nouvelles possibilités régionalisées.

 
 
Si on est éligible, cela reste une ressource intéressante mais à considérer comme un plus et non pas pour fonds à votre disposition sur lesquels compter.
 
 
- Vous ne les recevez qu'à posteriori donc après avoir fait les dépenses d'investissement
- Vous n’êtes pas certain de les recevoir car parfois cela dépend du bon vouloir du contrôleur qui vient vérifier sur le terrain votre investissement, mais heureusement qu'il y a aussi le Service des PME pour parfois rectifier le tir.
- Votre objet de d'investissement doit rester rentable, de mon cas donc ACCORTise, et si vous avez du personnel vous vous engagez à le garder tout le long de la période repère donnée.
- Sachez aussi qu'on peut vous demander de restituer cette aide si le contrôleur estime qu'il y a eu des critères non remplis.
Je vous passerai les détails mais en ce qui me concerne, je n'ai fait que galérer, me justifier sur mes prises de stratégies, me heurter à quelques bureaucrates qui n'ont jamais touché ni côtoyé le monde de l'entrepreneuriat sauf pour leurs missions de contrôleurs supérieurs.
Seuls les chiffrent ne parlent pas pour une entreprise, il y a aussi le parcours, les difficultés rencontrées ...
Pour ACCORTise avec les refus de permis pendant 2 ans, il est clair que mon business plan était déjà obsolète!
Mais le service des PME lui a compris cela pour traiter le dossier autrement au regard de ma rentabilité d'avant avec PACTech et ACCORTise comme nouvelle entreprise. 
 
Les derniers contrôleurs (dernières car il s'agit de 2 femmes après que j'ai réfusé mon contrôleur attitré pour raisons expliquées plus bas) ont décrété qu'il n'y avait plus  d'activités chez ACCORTise car je ne loue plus simplement les bureaux long terme mais je privilégie les events et surtout le WorkAndSleep, sacré mot barbare.
 
Donc pour elles, je ne fais plus centre d'affaires, soit services aux entrepreneurs (entreprises).
Et que donc je devrais rembourser les aides reçues.
Le dossier est encore en cours depuis maintenant presque 2 ans car je ne me laisse pas faire.
Mais il m'avait averti  mon contrôleur attitré, qu'il allait fouiller dans tout si je réclamais suite à son précédent rapport qui stipulait que je n'avais pas fait d'investissements tangibles pour toucher la dernière tranche de l'investissement. Pourtant plus de 30.000€ étaient passé dans ce poste et j'en avais les preuves et surtout les payements.
En effet il était passé dans mon centre sans prévenir juste après la réalisation de la fresque ACCORTise,
 
pour me reprocher d'avoir changé de services car il ne voyait plus ma veille bâche où était affiché de façon élémentaire mon offre.
 
Il n'a donc pas compris ni vue la beauté de la fresque dont tout le monde parle, ni les drapeaux plus parlant ainsi que mes rollup  quant à mon offre globale, bref ça sort trop d'ordinaire et de la vision classique habituelle.

 
Bref j'attends les dernières décisions mais il se peut que ce montant de plus de 22.000€ je n'en verrai jamais la couleur et qu'au contraire je devrais rembourser plus de 70.000€.
Mais je ne serai pas la dernière petite PME à mourir si mort d'une lourdeur et incompréhension administratives.
 

- Sources liées aux collaborateurs :

ACCORTise a eu le plaisir d'accueillir pendant 3 ans les  #MasterClass de l'IHECS. Un projet pour lequel quasi les fonds générés étaient réinvestis dans l'aménagement des lieux pour mieux accueillir ces étudiants futurs journalistes en pratique des technologies et l'information, en résidence dans mon centre.

 
Autant ce projet a démarré comme un conte de fée, allant d'éloges en éloges malgré parfois une situation qui a démarré de façon rudimentaire, mais après tout c'était cela le souhait, se mettre au vert

 
et dans un garage de l'ancienne gendarmerie du village que j'ai acquise et transformée en un lieu business pour entrepreneurs et statups, des projets d'innovation et collaboratifs;
 
 
Autant ce projet masterclass s'est terminé sans bruit, une annulation de la commande à quelques jours du début des masterclass alors que tout était programmé et confirmée et que même un acompte avait était versé.
 
Financièrement cela représente donc plus de 24000€ attendu et programmé qui sont un manque impossible à combler.
Ici je ne fais que décrire uniquement l'aspect financier lié à ce projet, je ne souhaite pas m’étendre sur d'autres considérations mais j'en tire des leçons.
Mais quoi que je puisse dire ou ne pas dire, les masterclass ont été simplement un moment humainement riche et je préfère garder cette image.
 

Précautions à prendre relatives aux relations financières :

Même si je considère que chaque entrepreneur doit rester libre de collaborer ou pas, de passer, de rester ou de partir, cependant, cela ne doit pas se faire à tord et à travers  car la situation peut faire des dégâts irréversibles.

Il faut donc apprendre ou prendre l'habitude de se protéger et revoir ses conventions et les adapter aux circonstances.

- Conclure absolument des contrats écrits avec de bons critères

J'avais choisi de laisser mes clients plus libres de venir et de partir, mais je n'en avais pas encore mesuré les conséquences quand il s'agit des grands projets aux montants conséquents.
Pour ce cas précédent, il faudra dans le futur modifier mes conventions et y ajouter l'obligation de garder la commande de la saison, cela serait une protection pour mes créanciers et moi.
Mais il ne suffit pas de conclure des contrats, il faut connaître les bons critères à mettre dedans et cela s'apprend au fur de l'expérience, en tout cas de mon cas.
Cela éviterait aussi de longues négociations parfois par email, tant pis pour la rigidité mais il faut protéger ses arrières comme on dit, pour continuer à exister pour les autres.
 

- Demander des acomptes conséquents ou des garanties :

Pour mon cas et la  mise à disposition des locaux, demander un prépayement ou un acompte de 50%  si le projet est étendu sur une longue période, n'est pas de luxe :
- Beaucoup de dépenses se font avant d'accueillir les clients et il n'est pas raisonnable de faire cette dépense de sa poche
- Certaines occupations demandent des aménagements spécifiques, c'est le cas des masterclass qui en plus de travaux pour assurer le bien-être de 20 jeunes sur le site,  demandaient des connexions Internet puissants qui ont ont continué à être assurées en attendant la saison suivante.
- De nos jours, ça devient facile de décommander et encore on peut être heureux de ne pas voir disparaître un client sans rien dire.
Verser une certaine somme dissuade malgré tout contre ce genre de pratiques.
Il faut donc garantir l'engagement.
 

Conséquence de ces pertes ou manque financiers soudains :

- Impossible de tenir des engagements auprès des collaborateurs
- Perte de crédibilité découlant du premier point
- Perte du capital humain dont je  vous parlerai en détail dans le prochain article. On fait peur à certains et ils préfèrent fuir.
- Difficulté d'assurer les frais fixes 
- Cela peut aller jusqu'à la faillite précipitée
- Les huissiers, les saisies et la menace de vente des biens.  Le placard vous connaissez ? Je ne savais pas ce que c'était il n'y a pas longtemps non plus, maintenant j'apprends par la vie et curieusement cela me fait une richesse en plus de connaître comment fonctionne ce monde tant redouté d'huissiers de Justice.
Quand on démarre son activité, on ne pense pas qu'un jour on ira en justice, mais la réalité rattrape les entrepreneurs, qu'on soit ou pas en tord.
Souvent on dit "Je vais te coller un procès, mais en réalité, quand on a pas été confronté à ce monde, on peut encore naviguer dans le rêve.
Je vous parlerai de mon expérience dans un autre billet.
Pour information cette venté a été évitée de justesse. Et encore heureux que j'ai pu au fur du temps acquérir quelques biens, avoir pignon sur rue comme on dit, ça peut avoir ses avantages.
 
 
 

Entrepreneur et petits indépendants, vision stratégique ou nez dans le guidon :

On reproche souvent aux petits entrepreneurs d'avoir le nez dans le guidon. Mais je commence à comprendre pourquoi c'est souvent ainsi :
- La peur de lâcher sa vache à lait 
- La stratégie est un luxe : Penser la stratégie cela est un luxe, se permettre un moment d'inactivité rémunératrice pour mettre en place quelque chose, il faut se le permettre même en passant des nuits blanches, ce qui est parfois voire souvent mon cas.
- La stratégie a un coût, pouvoir prendre du recul et se faire éventuellement accompagner par d'autres entrepreneurs visionnaires pour ne pas utiliser le mot coaching parfois galvaudé.
En ce qui me concerne il est certain que si j'avais su que ma fin d'année se terminerait par une désolation financière jamais je ne me serais permise de prendre ces "9 mois dans la vie d'une femme" pour travailler ma stratégie.

 
J'aurais avalé mon orgueil et repartir en mission de consultante informatique, ma vache à lait, qui me procure des revenues stables même si je dois dépendre des tiers et ne pas faire ce qui me fait le plus vibrer dont m'occuper vraiment d'ACCORTise mon centre.
Mais j'étais loin de me douter de cette situation car tous les collaborateurs avaient confirmés les projets en cours, et donc ma confiance me perdra.
Cependant je suis très fière d'avoir mis cette stratégie en route, la vraie vie d'indépendant et pas de faux indépendant dépendant justement d'un seul gros client, c'est cela mon avenir que je mets en route, malgré le prix qui a été et qui reste à payer.
Il faut juste que je puisse encore gagner la confiance de mes financiers et créanciers (pour lesquels je tire un chapeau bas ici, je vous en parlerai dans le volet humain) pour  ne pas périr à mis chemin.
Mais je ne me suis sortie souvent des cas complexes, mon dernier combat je pense se trouve ici, le réel challenge. 
 

Je ne suis pas à plaindre :

Il y a 3 ans je vous exposais le premier point "Entrepreneur tu avances ou tu crèves", mais seulement au moment où j'avais trouvé une issue pour m'en sortir. Souvent on parle de son échec quand on s'en est sorti et donc ça devient amusant de raconter quelque part une sorte d'exploit. Personne n'aime se mettre sur la place publique sauf quelques fous dont moi.

Maintenant je vous parle de la situation en plaine crise, pas pour qu'on me prenne en pitié, qu'on me plaigne, mais parce que depuis toujours je parle de tout, et on ne sait jamais si ma situation peut donner une leçon à d'autres entrepreneurs.

Je ne suis pas à plaindre car j'ai encore mes yeux, mes bras et mes jambes et surtout ma tête et que personne d'autre n'a fait ma vie, je l'ai construite de bout en bout et je continue à le faire.

Je ne suis pas à plaindre car je fais ce que j'aime, des choses qui me donnent ma raison de travailler, j'avance, j'observe, je chute, je me ramasse, toujours je prends mon pied pour chaque pas fait et je n'ai rien à regretter de mes actes et décisions prises sur mon parcours d'entrepreneur que du contraire.

Je ne suis pas à plaindre pour des soutiens inconditionnels dont je bénéficie, des personnes concernées se reconnaîtront, et moi je les porte dans mon coeur. Quand l'intelligence collective humaine se met en route, cela crée des valeurs incontestables.

Puis je ne suis pas à plaindre car mêmes les poches vides, ma stratégie est prête et commence à se déployer,  à la place de me plaindre c'est peut-être l'occasion d'agir et m'aider à la faire connaître et à l'exploiter.

 

Dernier conseil sur le statut social de l'entrepreneur en Belgique, société ou personne physique :

Dans le temps, quand on était en SPRL, les bien privés étaient protégés, enfin à certaines conditions bien sûr. Actuellement, les choses ont changé et par exemple la TVA ou le FISC peuvent tout à fait saisir vos bien privés. Le privilège de ces institutions ont été étendus.

Donc il n'est pas si intéressant que cela de vous mettre en société si votre chiffre d'affaires ou plutôt vos bénéfices ne sont pas conséquents.

Etre en société c'est  :

- être gérant pour une SPRL, on dit une personnalité juridique même si votre société est votre bébé

- être publiquement exposé car vos chiffres et vos vas et  viens sont visibles publiquement par la publication des chiffres et bilans auprès de la Banque Nationale, tout changement de statut dans le Moniteur Belge. La vue peut être effectué par le commun des mortels mais aussi par des institutions qui ont le regard sur les sociétés et qui vous interpellent en cas de défaillance. J'en ai parlé il y a 3 ans.

- être prêt à payer le coût. Si vous n'avez pas suffisamment de revenus, la société peut vous coûter cher car en effet on parle de déduire les frais mais remarquez il faut avoir de l'argent pour faire ces frais et si on en a pas, on ne peut même pas se payer des restaurants pour des souches TVA (ici je caricature avec un cas simpliste, je n'ai jamais dépensé pour le plaisir de faire des frais, la seule dépense que j'ai faite est l'acquisition d'ACCORTise que je ne regrette absolument pas même si cette perle est actuellement ma ruine financière.  Mais elle me fait rêver, me fait rencontrer les gens, crée une famille entrepreneuriale et je préfère conserver et protéger cette image de ce précieux lieu.

 

Conclusion :

Dans cet article, je n'ai pas parlé de facteurs humains,  et surtout des négociations financières, le reste des cas comme les pertes de confiance et d'amitié, de rupture ou au contraire des coudes serrés, ... j'en avais déjà parlé il y a 3 ans, j'évoquerai peut-être cette phrase primordiale pour chaque entrepreneur : "Bien s'entourer".

Je vous parle de tout cela dans un article qui va suivre tellement c'est vaste et riche de leçons.

Même à travers des grosses institutions, quand deux humains sont face à face, il se passe toujours des choses incroyables, je vous partagerai mon expérience donc toujours sur le plan entrepreneurial bien sûr.

Source : There  is   no  more  B2B  or B2C :  It ’s  Human  to  Human,  #H2H  : Bryan Kramer

 

Enfin j'aimerai simplement terminer par une vision positive

« Plutôt que de savoir ce qui a été fait, combien il vaut mieux chercher ce qu'il faut faire. » Sénèque

Avec détermination donc aux commandes de mon navire, de vague en vague et d'horizon en horizon.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Date du jour *
E.g., 06/16/2019
Ce champs sert à la validation du compte robot/humain!
3 + 3 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.

Story telling Storify, outil de collecte de l'information

@AnathalieTM sur Facebook

Médias & Presse & Télévision

 

 

Passage à la TL CanalC

@AnathalieTM PACTechIT

Mes Principaux Réseaux Sociaux. Cliquez & soyons en contact

Twitter

 

 

@AnathalieTM sur Google+

La musique adoucit les moeurs :)